Le Blog Plantez Chez Nous La taille des fruitiers : En hiver pourquoi ?

Mis à jour le 06/06/2017 |

La taille des fruitiers : En hiver pourquoi ?

Tailler les fruitiers est indispensable pour leur bon développement et pour assurer une bonne récolte de fruits. L'hiver est une des meilleures périodes pour réaliser ce travail au jardin.

A cette période de l'année, tous les éléments sont réunis pour débuter la taille de ses fruitiers.

Tout d’abord, il n'y a plus de feuille donc la ramure est dégagée et la structure de l'arbre bien apparente.

Ensuite, les bourgeons sont déjà formés et bien identifiables. Vous pouvez ainsi repérer ceux qui donneront des feuilles ou rameaux et ceux qui donneront des bouquets floraux.

Enfin, les arbres sont à l'état de repos végétatif, le flux de sève est stoppé. Les parasites sont également en «hibernation» dans les interstices de l'écorce. On peut alors en profiter pour les piéger grâce à des huiles (traitement d'hiver) qui vont les asphyxier.

Il faut également noter que c'est la période durant laquelle le jardinier a le calendrier le moins chargé de l'année !

Beaucoup d'ouvrages consacrés à la taille donnent novembre et décembre pour période idéale. Notez qu'ils sont adaptés à la région parisienne qui sert de référence par défaut.

Les trois types de taille des fruitiers

La taille de structure

Elle se pratique généralement sur un jeune arbre afin de le former.

Cela consiste à repérer les branches qui forment la charpente et à éliminer celles qui l'entravent. Elle peut également se pratiquer sur un arbre plus âgé qui a été abandonné ou mal formé au départ.

Attention toutefois de ne pas réduire de plus d'un tiers la ramure totale de l'arbre. Pensez à bien mastiquer les plaies engendrées.

Cette pratique en hiver ou après la fructification (cerisiers).

La taille de production

Elle consiste à influer sur le flux de sève et demande quelques connaissances. Il faut estimer le niveau de taille et identifier les bourgeons afin de conserver en priorité les branches fructifères. Gardez bien à l'esprit la structure d'ensemble de l'arbre (présente et à venir).

Attention, les feuilles sont indispensables au bon fonctionnement de l'arbre en assurant la photosynthèse, c'est-à-dire l'alimentation de l'arbre. Il n'est pas question de supprimer les feuilles, mais de favoriser la formation des fruits !

La taille d'esthétique ou de confort

Généralement appelée taille douce, elle se pratique toute l'année. Elle consiste à nettoyer les branches mortes, cassées ou inesthétiques. Pratiquez-la avec modération et utilisez un sécateur propre.

Elle est facilitée en fin de floraison, car la structure estivale de l'arbre commence à apparaître.

Les outils pour la taille

Vos outils doivent être propres pour éviter tout risque de propagation de maladies et bien affutés

Le sécateur à crémaillère est utilisé pour les branches jusqu'à 1 cm de diamètre et le sécateur de force pour celles entre 1 et 3 cm de diamètre.

La scie arboricole au-delà de 3 cm (attention de ne pas blesser les autres branches)

En dernier recours et à éviter : la tronçonneuse.

Et bien entendu, munissez-vous de l'indispensable mastic à cicatriser.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.

Votre avis

Plantez Chez Nous

Le BlogDans la même catégorie

L'intérêt du potager en carré

L’intérêt du potager en carré

Mis à jour le 27/06/2020 |

Le potager en carrés est une bonne solution pour cultiver ses légumes sur peu d'espace. Esthétique, économique, il est aussi plus facile d'entretien et plus productif que le potager classique.

La consoude : un engrais vert miraculeux

La consoude : un engrais vert miraculeux

Mis à jour le 19/06/2020 |

La consoude est une jolie plante médicinale très utile au potager. En purin ou en paillage, c'est l'alliée du jardinier bio.

Utiliser l'urine au jardin : explications de Renaud de Looze

Utiliser l’urine au jardin : explications de Renaud de Looze

Mis à jour le 09/04/2020 |

Renaud de Looze est gérant de la pépinière La Palmeraie des Alpes, spécialisée en palmiers résistants au gel et en plantes méditerranéennes locales. Après un important travail de recherche, il a écrit le livre “L’urine, de l’or liquide au jardin” aux éditions Terran.